E171 : pourquoi faut-il s'en méfier ?

Partager - Facebook Lien

Le blanc représente, dans l'inconscient collectif, la pureté absolue. L'Immaculée Conception, la vierge Marie, le vêtement de communion, la robe de mariée mais aussi la neige si pure et bien sûr le lait si blanc, représentant l'innocence de l'enfance…

Nos industriels l'ont bien compris.


Le dioxyde de titane ou E171


Si vous êtes comme moi, vous ne vous souciez pas les étiquettes car vous mangez bio et des aliments naturels. J'ai été confrontée par hasard à cet agent en voulant acheter mon dentifrice préféré. Ne le trouvant pas dans le magasin bio chez qui je le trouvais habituellement, la naturopathe bien éclairée me confia qu'ils ne faisaient plus la marque Weleda. Elle m'a donc aidé à en trouver un qui pourrait me convenir. Quelle ne fut pas ma surprise quand elle me dit : « non non, pas celui-là il y a du E171!" 

Qu'est-ce que c'est ?


C'est un agent blanchissant et opacifiant qu'on trouve dans de nombreux compléments alimentaires bio ou non. Il est largement utilisé dans presque toutes les gélules opaques, dans le vernis de nombreux comprimés de compléments alimentaires, dans les crèmes solaires ou des crèmes cosmétiques et hélas dans de nombreux dentifrices.

Le dioxyde de titane a été considéré par le CIRC comme cancérigène. De nombreuses études démontrent sa toxicité et prouvent qu'il est susceptible de provoquer, au niveau cellulaire, des réactions oxydantes dangereuses pour les structures de l'ADN et serait capable de diminuer ou d'inhiber les mécanismes de réparation de l'ADN.

Les travaux en cours au CEA de Grenoble démontrent qu'il ne passerait qu'en faible proportion la paroi intestinale en bonne santé, mais qu'il serait beaucoup plus absorbé en cas d'hyper perméabilité intestinale (leaky gut sydrome), ce qui est très fréquent. De plus, la toxicité du dioxyde de titane augmente en fonction inverse de la taille des particules ce qui veut dire que, plus sa taille est petite, plus sa toxicité augmente. Or le dioxyde de titane est sous forme de nanoparticules.

Ce qui est scandaleux c'est qu'on trouve le E171 dans l'alimentation, notamment dans les bonbons, de nombreux biscuits, des produits chocolatés et des chewing-gums. L'association Agir en juin 2016 avait révélé sa présence dans les biscuits Lu, Les Malabar et autres.

Quand on pense que de nombreux enfants ingèrent ces substances à longueur d'année, on commence à comprendre pourquoi certaines maladies sont en augmentation exponentielle !

Quand on sait que cette substance ne sert à rien, qu'elle n'a aucune vertu nutritive, qu'elle ne sert même pas à conserver ces produits, on se demande pourquoi les industriels s'évertuent à vouloir absolument blanchir les dentifrices, les crèmes, les comprimés. À quoi bon ?

Le profil risque me semble trop important.

Surtout que les nanos matériaux ne sont soumis à aucune législation d'étiquetage. Le principe de précaution n'a jamais été envisagé dans ce secteur des nanos particules. J'ai d'ailleurs écrit un article sur les nanotoxiques il y a quelques années.

Les nanos particules de dioxyde de titane altèrent, in vitro, la barrière hémato encéphalique


Des chercheurs du CEA et de l'université Joseph Fourier ont mis en évidence que le E171 altère la barrière hémato encéphalique et pénètre le système nerveux central entraînant une inflammation cérébro- vasculaire. Ils ont démontré qu'une exposition chronique in vivo à ces nanoparticules pouvait entraîner leur accumulation dans le cerveau avec un risque de perturbations de certaines fonctions cérébrales.

Éric Houdeau, co auteur de l'étude, nous fait remarquer que l'intestin est le premier organe en contact avec l'environnement par le biais de la nourriture. Or, ils ont observé qu'il y avait du dioxyde de titane sous forme de nanoparticules dans le foie, dans la paroi du colon et de l'intestin grêle des rats soumis à cette expérience. Ces nanoparticules se logent dans le noyau des cellules immunitaires intestinales provoquant un déséquilibre des réponses immunitaires et provoquant un terrain micro inflammatoire pouvant entraîner des cancers du colon et du rectum.

Le gouvernement commence seulement à s'y intéresser et a pris des décisions mais avant qu'elles soient vraiment appliquer cela pourra prendre du temps. vaguement à ce dossier. Mais avant qu'il prenne des décisions et surtout qu'elles soient appliquées, il se passera certainement de nombreuses années où vous serez contaminés sans le savoir ou sans le vouloir. Alors, avant d'acheter votre dentifrice biologique, faites comme moi, prenez une loupe ou de bonnes lunettes, car souvent ces ingrédients sont inscrits en tout petit afin que vous ayez de la difficulté à les lire.

A bon entendeur !


Marion Kaplan

sources : Chronimed et laboratoire Nutrixeal

7 / 09 / 2021