Fertilité : mode d'emploi

Partager - Facebook Lien

De mon temps, comme disait ma grand-mère et comme je le dis moi-même aujourd'hui, on ne se posait pas la question sur notre fertilité. Au contraire, on faisait tout pour ne pas faire d'enfants à chaque fois que nous avions un rapport sexuel. Les temps ont changé. Ma fille, qui est une jeune femme de moins de 30 ans, me dit : « maman, si tu savais le nombre de copines qui essaient d'avoir un enfant et qui n'y arrivent pas ! ». Cela m'a interpellée. Je me suis renseignée et suis allée voir le docteur Maurice Bessoudo pour avoir un éclairage sur cet état de fait.

Ce texte, comme vous pourrez le constater, n'est pas un article médical, mais la transcription de notre discussion...

Qu'est-ce qu'il se passe docteur ? Y a t'il vraiment une perte de fertilité aujourd'hui ?


Maurice Bessoudo : l'infertilité est un des 3 fléaux qui se présentent à nous avec l'autisme et l'obésité des enfants. Elle pénalise les hommes et les femmes.

Les hommes ?


MB: c'est plus marquant chez les hommes et c'est plus quantifiable chez eux, car quantifier des spermatozoïdes et observer leur motilité est très facile à réaliser. Cette observation de l'évolution de la qualité du sperme nous permet d'affirmer aujourd'hui qu'il y a une baisse de la fertilité des hommes qui est progressive, linéaire et qui nous expose à l'infertilité de manière marquante d'ici moins de 10 ans.

Donc quand un couple a du mal à faire un enfant, ce n'est pas forcément la femme ?


MB: exactement. Il y a bien sûr une infertilité féminine, c'est certain, et qui répond à d'autres causes, en revanche, l'infertilité masculine doit être appréhendée sur le plan nutritionnel.

Que se passe-t-il ? Il y a deux causes: 

L'homme d'aujourd'hui retrouve dans son sperme moins de spermatozoïdes et parmi les spermatozoïdes moins de mobilité.

Pourquoi a-t-il moins de spermatozoïdes ?


MB: Car une des causes principales est la mort cellulaire, c'est-à-dire la mort des spermatozoïdes qui est générée par des causes environnementales. Ces causes sont essentiellement liées à l'alimentation qui peut être carencée, en excès de glucides ou porteuse de toxiques. Lorsqu'elle est carencée, c'est qu'elle est carencée en éléments fondamentaux qui permettent la production d'énergie.

Tout tient à ces petits organites contenus dans les spermatozoïdes, comme dans toutes les cellules, ces petits organites sont leur source d'énergie. Ce sont les mitochondries. Une autre qualité de ces mitochondries c'est de commander la mort cellulaire. Si les mitochondries se rendent compte dans la même cellule, qu'elles ne produisent pas suffisamment d'énergie ou qu'elles produisent trop de radicaux libres, elle va programmer la mort de la cellule. On appelle cela la mort cellulaire ou apoptose. C'est comme si les cellules vieillissantes ou altérées se sacrifiaient pour assurer la bonne marche de l'organisme.

Les mitochondries ont plusieurs responsabilités : outre la production d'énergie, c'est aussi de commander la mort cellulaire et la mort cellulaire est commandée lorsque la mitochondrie en reçoit l'ordre par la cellule, par exemple en situation de stress oxydant. Trop de radicaux libres dans la cellule représente un risque pour l'ADN. S'il y a un danger, l'ordre est donné aux mitochondries de déclencher instantanément la mort cellulaire. Les mitochondries sacrifient la cellule endommagée.

Donc tout ce qui perturbe de manière grave le fonctionnement des mitochondries en provoquant un stress oxydant par excès de radicaux libres dans la cellule, va générer la mort cellulaire.

C'est une des causes fondamentales de la perte du nombre de spermatozoïdes.


Qu'est-ce qui perturbe le fonctionnement de ces mitochondries ?


  • MB: C'est la Malbouffe. La malbouffe est pro-oxydante car elle interfère avec le fonctionnement chimique de la mitochondrie. Cette interférence est due, par exemple, à l'intoxication aux métaux lourds qui est en grande partie d'origine alimentaire mais également d'origine tabagique.

Le tabac apporte beaucoup de cadmium et le cadmium va perturber le fonctionnement des mitochondries. Une alimentation qui apporte trop de métaux lourds, de type Mercure, va perturber gravement le fonctionnement des mitochondries. On trouve également des métaux lourds dans les amalgames dentaires. Il faut quand même faire une remarque par rapport aux plombages, car enlever ses plombages sans grandes précautions, peut au contraire intoxiquer l'organisme par fuite des métaux dans l'organisme. On se retrouve alors avec des intoxications très délétères par relargage brutal.

Il faut absolument un chirurgien dentiste très bien équipé, qui connaisse tous les protocoles et qui applique toutes les précautions possibles avant d'éliminer les plombages de la bouche de ses patients.

C'est très difficile de se défaire de cette intoxication aux métaux lourds. Il faut donc prendre toutes les précautions si on veut les enlever et parfois, dans certaines conditions, il vaut mieux les conserver.

  • La deuxième raison d'infertilité chez l'homme, outre la mort cellulaire, c'est la qualité de la mobilité ou motilité. C'est cette qualité d'activité physique du flagelle du spermatozoïde qui doit lui permettre d'accéder du cul-de-sac vaginal postérieur d'invagination jusqu'à la trompe. C'est une distance très importante qu'on pourrait assimiler à la distance pour un homme, entre la terre et la lune !

Cette distance doit être parcourue à vive allure, dans une muqueuse qui est parsemée d'arbres géants, ce sont les villosités, le flagelle de ce spermatozoïde doit être suffisamment puissant pour aller rencontrer l'ovule. Une fois au contact de l'ovule, il faut qu'il ait le matériel enzymatique pour perforer la membrane de l'ovule pour y planter sa tête qui doit impérativement être riche en Omega 3 à chaînes longues. Les oméga 3 interviennent dans la qualité de production d'énergie pour que le flagelle soit très vif. Il doit être vif et fort pour propulser les spermatozoïdes dans la trompe. Il faut qu'ils soient riches en DHA (acide docosahéxaénoïque), c'est-à-dire des acides gras polyinsaturés.


Est-ce que chez un homme de moins de 40 ans, les huiles végétales riches en acides gras polyinsaturés comme les huiles de colza, de cameline, de lin, de noix etc suffisent pour lui fournir ces fameux DHA ?


MB: Pas forcément. Car génétiquement la transformation des omégas 3 fournis par les végétaux, devant s'opérer en eux, est perturbée car l'enzyme (Delta 6 désaturase) est moins active chez certains hommes qui ont passé 40-45 ans ou bien qui sont intoxiqués, stressés, malades ou en surpoids etc. il vaut mieux qu'ils prennent leurs oméga 3 déjà transformés qu'on trouve dans les poissons gras comme la sardine, les anchois, le maquereau ou la prendre sous forme de capsule* pour ceux qui ne tolèrent pas le goût de ces poissons.

Pour résumer :

Chez l'homme, pour que les spermatozoïdes soient mobiles, il faut qu'ils aient des mitochondries très actives, très efficaces en production d'énergie et pour cela, outre éviter l'intoxication aux métaux lourds et la carence en métaux fondamentaux comme le zinc et le sélénium, il faut qu'ils aient une imprégnation en oméga 3 transformés.

Ça, c'est l'histoire des hommes.


L'histoire des femmes maintenant

MB: Les femmes présentent aujourd'hui un syndrome des ovaires polykystiques.

Il y a 35 ans 40 ans, lorsqu'on étudiait ces syndromes, la cause la plus importante était génétique. Aujourd'hui, la cause la plus importante est le surpoids.

Ce surpoids est également en rapport avec la Malbouffe.


En quoi le surpoids rend il stérile ou infertile ?


MB: Il rend infertile car le surpoids est souvent corrélé à l'excès de consommation de sucres cachés ou non, de céréales raffinées et d'aliments industriels transformés contenant souvent du sucre caché. La consommation de sucre s'accompagne toujours d'une montée d'insuline dans le sang. Ce phénomène entretenu entraîne de l'hyper insulinisme avec une inflammation qui s'installe, qui elle-même va générer de l'hyper insulinisme et une résistance à l'insuline. C'est finalement un cercle vicieux qui va mettre la jeune femme en hyper insulinisme permanent, ce qu'on appelle le syndrome métabolique, avant qu'il ne devienne un diabète de type 2 non insulino dépendant. Cette insuline élevée dans le sang va créer des perturbations au niveau de l'ovaire et dérégler la transformation de la testostérone en œstrogènes (phénomène d'aromatisation chimique). On peut dire que la malbouffe féminise les hommes (transformation de la testostérone en oestrogène par la graisse abdominale) et masculinise les femmes (défaut de transformation de la testostérone en oestrogène dans le follicule ovarien). On va donc se retrouver avec des femmes en âge de procréer en surpoids qui vont voir apparaître de petits poils au menton et découvrir à l'échographie des kystes aux ovaires. Elles auront alors des ovaires polykystiques. Il ne peut pas y avoir d'évolution de l'ovocyte car il n'y aura pas suffisamment d'œstrogènes et il n'y aura donc pas de ponte ovulaire. Cette situation va générer des difficultés de fertilité chez la femme. Il faut donc remonter à la cause du surpoids.


Est-ce que c'est la Malbouffe ? Est-ce qu'il faut faire une recherche au niveau du microbiote, de la qualité du mucus ? 


L'importance du mucus est capitale car sa qualité peut être également d'origine génétique (voir l'article sur le FUT 2). Étudier l'écosystème intestinal va nous permettre de comprendre les causes du surpoids d'une jeune femme afin d'agir en connaissance de cause.

On en revient toujours au même point : qu'il faut avoir un microbiote de qualité, que l'on peut rééquilibrer de façon précise avec des probiotiques et des coups de pouce thérapeutiques pour régler la dysbiose ou permettre de produire un meilleur mucus. On rencontre parfois des femmes qui ont des pulsions sucrées. Ces pulsions ne sont pas forcément psychologiques elles peuvent être dues à la prolifération de certains champignons qu'on appelle candida albicans. Il faut à ce moment-là comprendre pourquoi il y a ces excès de champignons dans l'intestin. Ainsi de suite, d'étape en étape, on peut faire un diagnostic très précis qui permet une prise en charge personnalisée. Évidemment cela demandera la participation de la patiente.

La compréhension du microbiote est quelque chose de très récent et ce que l'on dit aujourd'hui peut être largement complété demain et parfois on trouve des nouveaux éléments qui remettent en question ce que l'on disait hier. Nous devons rester très humbles. Ce dont on est sûrs aujourd'hui, c'est que ce champignon, candida albicans, se développe quand on mange beaucoup de glucose. Ce point ne sera jamais démenti. En ce qui concerne le mucus, on sait que le fucose, lorsqu'il est bien installé dans le mucus par l'enzyme Fucosyl transférase (FUT 2), empêche en partie, le développement des candidoses. Ces bases sont acquises. La candidose peut être une cause d'infertilité par l'inflammation qu'elle génère par l' hyperinsulinisme.

On est dans un cercle vicieux. Si on a une candidose c'est parce qu'on mange beaucoup de sucre. Si tu manges beaucoup de sucre, tu fais monter ton insuline et tous ces phénomènes sont concomitants.

La jeune femme devra donc faire attention à son alimentation, faire la cuisine elle-même, de préférence à la vapeur, bref tout ce que tu expliques depuis des années.

Si on met en évidence que la jeune femme n'est pas sécrétrice de cette enzyme FUT 2, on va l'aider en lui donnant du fucose par voie orale sous forme d'un complément alimentaire. Normalement, elle a été en contact avec cet enzyme quand elle a tété le sein de sa mère si sa mère était sécrétrice. Il y a énormément de fucose dans le lait maternel humain. Hélas pas dans les laits maternisés… La nature a déjà prévu que dès le début de la vie nous ayons ce sucre dans l'intestin qui est si important pour remplir des rôles tout à fait différents par rapport aux bifidus, candidas et autres situations pour l'implantation d'un bon microbiote. 


C'est donc important qu'on fasse le test en laboratoire pour savoir si on est ou non sécréteur de cette enzyme ?


MB: Oui. Cela nous donnera l'occasion d'apporter ce sucre qui va, par sa présence régulière sur le mucus, permettre de jouer un rôle important dans la bonne santé du microbiote. Il faut préciser que ce sucre (le fucose) n'est pas absorbé par l'intestin humain.


Principales mesures à prendre pour être fertile


MB: Étudier l'écosystème intestinal et voir s'il y a des raisons au surpoids indépendant de leur volonté. Certaines personnes peuvent paraître minces alors qu'elles sont peu musclées et grasses. On peut avoir de l'hyperinsulinisme sans avoir un surpoids évident. Les gens se sont habitués à être un petit peu enrobés et ils ne considèrent pas cela comme du surpoids. Quand on a fait beaucoup de régimes on peut avoir eu une fonte musculaire avec l'amaigrissement. Et lorsqu'on reprend derrière du poids et qu'on en reperd, on perd en même temps de la masse musculaire. On se retrouve avec des patientes qui peuvent paraître minces mais qui sont grasses. Elles vont grassir à chaque fois. Il faut donc bien étudier l'insulinorésistance.

On peut rechercher une candidose, une absence de structuration du mucus par le FUT 2.

Chez la végane, il y a une modification du microbiote. Il faut absolument faire un état du statut d'oméga 3, des vitamines, des minéraux, du statut en fer, car le fer est fondamental pour le fonctionnement des mitochondries et elles en manquent souvent. Tout ce qui génère un dysfonctionnement mitochondrial va entraîner des problèmes de fécondité. Il ne faut pas oublier que le stade initial des stéroïdes, dont fait partie l'œstrogène, se fait dans les mitochondries. Donc tout ce qui perturbe le fonctionnement mitochondrial va perturber la production d'œstrogènes et de testostérone et donc la fécondité.

Donc quand un couple est face à un problème de fécondité, c'est important de faire un bilan complet conventionnel mais aussi en dehors des conventions pour étudier au moins la qualité du microbiote et des acides gras.


Bilans non conventionnels :


Acides gras érythrocytaires, vitamines B9, B12, homocystéine, le stress oxydant, le LBP, le DMI qui est un bilan urinaire pour voir s'il y a une dysbiose et une Mycose, vitamine D, vitamine A, la parathormone et la calcémie. Le statut martial avec la ferritinémie, le bilan thyroïdien, l'iodurie. Vous savez que l'iode va conditionner le quotient intellectuel de votre futur bébé !

Bien entendu il faudra adopter une alimentation riche en végétaux, en fibres, en oméga 3, avec de l'exercice régulier etc. mais ça, tes lecteurs le savent déjà.

Interview du Docteur Maurice Bessoudo* avec Marion Kaplan .


Medecin diplomé en medecine nutrutionnelle et fonctionnelle, Conferencier ,enseignant , praticien en cabinet médical.

DU de Nutrition Humaine (NICE) , DU Alimentation santé micronutrition (DIJON) ; DIU de Medecine Morphologique et Anti-Age (PARIS)

14 / 05 / 2020