Rencontrer le Coronavirus Sars-Cov-2 et ne pas être malade : est-ce possible ?

Partager - Facebook Lien

Pourquoi tout le monde n'est pas touché par la Covid 19 ? Pourquoi certains en meurent et d'autres guérissent sans séquelles ? 


La réponse, nous dit le professeur Vincent Castronovo*, se trouve au niveau de notre système immunitaire, système qui s'est développé pour nous défendre contre nos ennemis biologiques (certains virus et certaines bactéries), et les agressions physiques et chimiques.

Pour ce faire, nous dit-il, il est indispensable qu'il soit fourni en nutriments apportés par notre alimentation et nécessaires à son bon fonctionnement.

Pour combattre l'ennemi, il faut armer son corps et protéger ses barrières : la peau, les muqueuses respiratoires, les alvéoles pulmonaires et l'intestin.

La barrière intestinale est le lieu de tous les dangers. Toute maladie commence dans les intestins, nous dit-il, paraphrasant le constat d'Hippocrate il y a 2400 années. Sa fine membrane de 5 millionièmes de mètre, couvre une surface de plus de 1000 m² ( alors que la peau ne fait que 2 m²) et déploie 80% des cellules du système immunitaire !

Quand l'ennemi pénètre dans notre corps en passant cette barrière, la guerre est déclarée. Il faut alors que notre réponse soit juste, non exagérée, pour éviter les dommages collatéraux souvent responsables de plus de dégâts que l'envahisseur n'en cause lui même ! Vous avez certainement entendu parler de" l'orage des cytokines" résultat d'un affût de certaines molécules venues lutter contre l'envahisseur.

Or, les populations européennes manquent de munitions pour répondre efficacement à l'attaque de ce virus.

On nous parle de gestes barrières, de gel hydro alcoolique et de distanciation sociale (physique serait tellement plus approprié...). Toutes ces mesures sont artificielles. Je n'ai pas encore entendu sur les grandes chaînes de télévision un médecin ou un professeur parler de mesures naturelles pour prévenir et nous protéger de la Covid 19.

Pourtant, quand on voit les statistiques, on observe que ce sont les personnes déjà malades, plutôt âgées (une moyenne de 80 ans), diabétiques, obèses, ou porteuses d'une maladie chronique, qui sont le plus touchées.

"Au moment où le monde retient sa respiration, craignant une reprise de l'épidémie de Covid 19, alors que les gouvernements ne proposent que le renforcement de mesures sanitaires qui détériorent drastiquement notre vie sociale et économique et menace les fondements de notre vie, nous avons décidé de vous informer de manière juste, simple et rapide, des éléments scientifiquement fondés qui appuient l'impact majeur de l'optimisation de l'environnement micro nutritionnel pour permettre au système immunitaire de lutter efficacement, tant contre le Sars Cov-2 de que les autres virus."

Président du comité scientifique d'un laboratoire biologique en Belgique, le professeur Vincent Castronovo a mis au point avec le laboratoire, un bilan d'investigation préventive appelée bip – armure immunitaire.

Ce bilan permet d'avoir une vision juste de votre terrain et peut compléter vivement la formulation sanguine (NFS) que vous avez faite chez votre médecin traitant. Il permet d'évaluer le niveau des nutriments indispensables pour éliminer, en toute sécurité, le virus et de les corriger de manière personnalisée.


Quels nutriments tester pour se défendre efficacement contre tout virus pathogène ?

Les études scientifiques foisonnent sur l'importance de certains nutriments pour la prévention spécifique de la Covid 19.

En avez-vous entendu parler ? Pourtant, au lieu de voir à la télévision une grand-mère en train de mourir dans un hôpital après avoir fêté son anniversaire, on ferait mieux de nous expliquer le rôle des nutriments que je vais vous citer, comment les obtenir dans notre alimentation et pourquoi pas, comment faire des analyses ciblées en laboratoire, remboursées par la sécurité sociale. Mais là, je rêve...


BIP armure immunitaire 2.0

BIP veut dire Bilan d'Investigation Préventive. Il est composé d'analyses de micro nutriments et métabolites qui interviennent dans la protection efficace contre les attaques virales et dans la limitation des lésions inflammatoires infligées aux tissus par un système immunitaire exacerbé et trop réactif.

La correction précise des carences ou parfois des excès de ces micronutriments et de la potentielle dysbiose de putréfaction (microbiote), vous aidera à construire une armure biologique sur mesure pour lutter efficacement contre tout virus pathogène. On peut faire ce bilan à tout âge.

Le zinc

C'est le métal anti-Covid par excellence. Des études ont même démontré qu'il optimisait l'action des protocoles azithromycine, hydroxychloroquine. Si vous êtes carencés en zinc toutes vos cellules immunitaires vont se mettre à dysfonctionner et vous serez vulnérable aux maladies infectieuses, auto-immunes et au cancer. Le problème, c'est que sa carence passe inaperçue chez la plupart des gens. L'OMS considère qu'au moins 1/3 de la population mondiale est touchée par une carence en zinc. Elle serait responsable de 16% de toutes les affections respiratoires profondes dans le monde. De plus, il est démontré que le zinc joue un rôle d'inhibiteur de la réplication du virus Sars-Cov-2. Une étude qui vient d'être publiée constate que les patients COVID hospitalisés ont 2,5 fois plus de risques de mourir s'ils sont carencés en zinc…

Pour éviter une supplémentation à l'aveugle, il est conseillé de connaître son taux car un taux trop élevé peut être toxique et délétère pour le système immunitaire.

Le cuivre

Ce métal intervient dans de nombreuses réactions biochimiques vitales comme le fonctionnement des mitochondries (centrales énergétiques de chaque cellule), les défenses antioxydantes et la synthèse de neuro médiateurs comme la mélatonine et la noradrénaline.

Le cuivre intervient à un autre niveau dans les défenses immunitaires et l'inflammation et est nécessaire pour avoir un taux suffisant de globules blancs.

Le magnésium

80 % des gens seraient carencés en magnésium. Pourtant il contribue à plus de 300 réactions biochimiques cellulaires, notamment celles impliquant votre énergie, votre système nerveux, et vos systèmes musculaire, osseux et immunitaire. Il intervient enfin dans la synthèse des protéines et de l'ADN et donc de la production d'anticorps.

La vitamine D

J'ai fait un article très développé sur cette vitamine que je vous invite à relire. Tout le monde devrait connaître son taux de vitamine D car elle est considérée comme un régulateur essentiel des réponses immunitaires. Un bon taux permet d'augmenter la résistance des muqueuses respiratoires aux agressions virales. Et de limiter l'orage cytokinique assasin !

La vitamine A

Un grand pourcentage de la population et est carencée en vitamine A alors que sa présence est nécessaire pour une réponse immunitaire efficace et à l'activité de la vitamine D.

La vitamine B12

Bien connue des véganes qui peuvent en manquer, la vitamine B12 est indispensable à certaines réactions chimiques impliquant les mitochondries qui fournissent aux cellules l'énergie dont elles ont besoin. De plus elle intervient à quasi tous les niveaux de nos défenses immunitaires.

Le glutathion

Antioxydant puissant, il est nécessaire dans de nombreuse étapes de la réponse immunitaire. Des niveaux élevés permettront de protéger plus de globules blancs, première ligne de défense du système immunitaire. Le glutathion permet d'éviter le largage intempestif et non contrôlé des radicaux libres, véritables armes dévastatrices.

Homa/ Quicki

Connaître sa glycémie n'est pas suffisant. On peut être insulinorésistant avec une glycémie normale. Les index Homa et Quicki sont des index calculés à partir des valeurs de la glycémie et de l'insuline à jeun. L'index Homa va nous révéler si l'on est résistant à l'insuline et l'index Quicki va nous révéler notre sensibilité à l'insuline. Si l'analyse révèle une anomalie et que vous observez que vous commencez à développer un hyper insulinisme, ce qui est totalement silencieux, on peut en déduire que vous risquez un état d'inflammation systémique de bas grade, (inflammation chronique), ce qui va être délétère à l'activité de votre système immunitaire.

CRP

La CRP est une protéine synthétisée par le foie à la suite d'une inflammation de l'organisme. Un taux, même faible, témoigne de la présence d'une inflammation chronique (inflammation de bas grade). Cette situation favorise le développement de maladies chroniques ce qui rend les réponses des systèmes de défense immunitaire moins performantes ou inappropriées.

Sélénium

Très important pour votre thyroïde et vos défenses antioxydantes, il joue un grand rôle au niveau de votre immunité.

Acide dihomo gamma linolénique (DGLA)

Ce sont des acides gras essentiels car ils assurent une bonne fluidité aux membranes cellulaires. le DGLA joue un rôle dans la stimulation de l'immunité et une action anti-inflammatoire, anti agrégant plaquettaire et myorelaxant pour la musculature lisse.

Acide arachidonique (AA)

En général on se méfie de lui, car il est pro inflammatoire quand il est en quantité excessive. Il joue pourtant un rôle important au niveau fonctionnel. Connaître son taux permet d'être juste et de régler son alimentation.

Acide écosapentaénoïque (EPA)

C'est un acide gras dit conditionnellement essentiel de la série des omégas 3, car l'organisme n'est pas capable de le fabriquer. En revanche il sait le produire à partir de l'acide alpha linolénique (ALA) que l'on trouve dans l'huile de cameline ou l'huile de lin. Il est anti-inflammatoire, antiagrégant plaquettaire, et contribue à une fonction cardiaque normale.

Rapport AA/EPA

très important pour mesurer votre statut pro ou anti-inflammatoire.

Indican

Comme je vous le disais, toute maladie commence dans l'intestin. Votre microbiote joue un rôle capital voire vital pour votre santé. Aujourd'hui les techniques d'investigation permettent de mesurer de façon plus précise et performante l'état de votre microbiote. S'il est équilibré on dit qu'il est en eubiose. L'eubiose permet un bon fonctionnement de votre système immunitaire. Par opposition, la dysbiose correspond à des altérations quantitatives et qualificatives significatives de ce microbiote entraînant des perturbations du système immunitaire qui ne saura plus réagir face à un envahisseur comme des virus pathogènes. La dysbiose se manifeste au niveau de toutes les muqueuses intestinales, vaginales, vésicales mais aussi respiratoires. L'analyse de l'indican permet de doser un marqueur signant une dysbiose de putréfaction.


Comment faire ce bilan et combien coûte-t-il ?

Il suffit de demander un kit de prélèvement en demandant le BIP armure immunitaire 2.0.

Une fois reçu, il suffit que vous alliez faire la prise de sang dans le laboratoire le plus près de chez vous et de suivre les indications pour l'acheminement des tubes à essai.

Faites le prélèvement un début de semaine afin que le colis arrive en milieu de semaine afin qu'il puisse être pris en charge tout de suite.


Vous pouvez soit téléphoner au 0800 943 946 ou bien envoyer un mail à :

logistique@mbnext.be

Ce bilan complet coûte 119 €.

En fonction de vos résultats, j'enverrai, selon votre demande, dans une newsletter l'interprétation des résultats en fonction de l'insuffisance ou l'excès d'un des marqueurs.

Je vous ferai prochainement un article sur comment booster son système immunitaire par l'alimentation et la micronutrition.

Marion Kaplan .

https://lims-mbnext.be/fr/biologie/preventive/

* Le professeur Vincent Castronovo est docteur en médecine, spécialiste en gynécologie, obstétrique, sénologue, et cancérologue, docteur en sciences biomédicales expérimentales et agrégé de l'enseignement supérieur. Chaque année, il donne des formations à des centaines de médecins et professionnels de la santé, en Belgique et en France. Aujourd'hui, il se définit comme médecin nutritionniste. Il a fondé en 2017 le diplôme universitaire européen MAPS (Micronutrition, Alimentation, Prévention et Santé) qu'il coordonne à l'université Paris Descartes. Il est auteur de plus de 250 articles et ouvrages.


14 / 10 / 2020

Sur le même sujet